Imprimer

Les exposants à la 7e édition du salon national de l'artisanat, qui se poursuit au Centre des conventions d’Oran (CCO) "Mohamed Benahmed", ont insisté dimanche sur la mise en place e plateformes électroniques au niveau des chambres d'artisanat pour aider les artisans à commercialiser leurs produits et à les promouvoir sur les plans local et international.

Les participants à cette manifestation, qui a vu la présence de plus de 70 artisans de différentes wilayas du pays, ont soutenu que ces plateformes constitueront une "coopérative électronique" pour régler le problème de commercialisation, qui représente une des préoccupations quotidiennes, ce qui permettra de vendre les produits d’artisanat à grande échelle en un temps court et sans grands frais.

En l'absence de plateformes électroniques, les artisans utilisent les réseaux sociaux, facebook notamment, qui se sont transformés en "magasins électroniques" pour promouvoir les produits de l'artisanat, a-t-on fait remarquer.

C'est le cas de Hafsa Ghanem d'Oran, spécialisée dans la fabrication de céramique, qui a indiqué qu'elle a recours aux réseaux sociaux pour commercialiser ses produits céramiques, soulignant qu’elle trouve des

difficultés à les vendre, même si elle est la seule spécialisée dans ce type d'artisanat.

Les commerçants de gros ne conçoivent pas la valeur artistique des produits, qu’ils regardent comme simple marchandise, a-t-elle déploré.

Khadidja Ouali, spécialisée dans la confection d’habits pour enfants et nouveaux-nés (bonneterie), estime que l’artisan doit prendre en charge lui-même la commercialisation de ses produits et ne pas tomber sous le diktat des intermédiaires (grossistes), en s'ouvrant aux moyens technologiques modernes de la communication et de l'information, dont les réseaux sociaux, ce qui permettra de créer un réseau de clients et promouvoir ainsi les produits et faire connaître leurs spécificités techniques.

La même préoccupation a été exprimée par Samira Doubala, spécialisée dans la fabrication de confitures, de sucreries et de pâtes de fruits, qui a déclaré "je vendais mes produits aux grandes surfaces, mais je n'ai pas reçu le produit de mes ventes depuis une année, et je suis ruinée", exhortant les artisans à compter sur les moyens électroniques modernes et participer aux différents salons professionnels.

A ce propos, elle a mis l’accent sur l’intensification de tels salons, de même que sur la création d'un espace permanent où les artisans et les artistes se rencontrent afin de créer un marché pour les produits culturels et d'artisanat, surtout qu'Oran s’apprête à accueillir une grande manifestation sportive, en l'occurrence la 19e édition des Jeux méditerranéens en 2021.

Dans ce sens, la chambre d’artisanat et des métiers d'Oran œuvre à organiser des salons pour les artisans dans les différents espaces disponibles à Oran, à l'instar de la maison de l'artisanat à haï Sabah, ainsi qu'au niveau des places publiques et des plages durant la saison estivale, a indiqué son directeur, Noureddine Mehtar Thani.

Toutefois, quelque soient les méthodes de commercialisation des produits d'artisanat, leurs prix sont chers et ne sont pas à la portée de tous, ce qui éloigne le consommateur, qui se rabat sur les produits étrangers similaires, selon un visiteur du salon national de l'artisanat.

Le même visiteur a estimé que "l'artisan ne doit pas voir son produit uniquement comme œuvre d'art, pour le décor pour pouvoir réaliser des ventes et écouler sa marchandise".

La 7e édition du salon national de l'artisanat, qui s'étale jusqu'au 2 janvier 2020, est organisée par la chambre d'artisanat et des métiers et la direction du tourisme et de l'artisanat de la wilaya d'Oran.