Le projet de la Stratégie nationale de gestion intégrée des zones côtière sera présenté, janvier courant, devant le Gouvernement pour adoption, a-t-on appris auprès du Ministère de l'Environnement.

Le ministère a fait état, en outre, de l'élaboration en cours d'un rapport national sur la situation environnementale en 2020, et du sixième rapport sur la biodiversité dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan d'action de la biodiversité.

L'Algérie a concrétisé nombre d'objectif de la Convention sur la diversité biologique (CDB), dont l'élargissement du réseau des aires protégées et l'intégration de la biodiversité dans tous les secteurs économiques.

Dans le cadre de la mise en oeuvre de la nouvelle Stratégie et Plan d'action nationaux pour la biodiversité (SPANB) 2016-2030, le ministère évoque l'élargissement du réseau des aires protégées, la finalisation de l'étude et la classification des zones humides à Menaa (Ghardaïa) et la réalisation d'une étude cartographique des principaux milieux marins et d'un réseau de surveillance des îles Habibas, Rechgoun et Plane (Oran).

Evoquant, dans le même cadre, la mise en place de plans d'aménagement côtiers à Chlef et Bejaia, le ministère souligne l'initiation du Plan d'action national pour la Conservation de la tortue marine (PANCTM) et la concrétisation de projets et d'initiatives dans le domaine de la protection et de la gestion durable de la biodiversité.

Le secteur a lancé, également, un programme sur la préservation de l’environnement et de la biodiversité dans le littoral algérien outre l’élaboration d’une étude de projet concernant la gestion intégrée des forêts dans le cadre du développement durable des Bibans.

Pour le suivi des réalisations en cours, le secteur s’attèle à l’élaboration d’un décret exécutif portant création de l’observatoire national de la biodiversité, ajoute la même source.

Au volet "changements climatiques", le ministère a engagé l’élaboration de la 3e Communication nationale et le Premier rapport actualisé chaque deux ans.

S’agissant des zones d’ombre et pour encourager l’économie verte, le ministère de l’Environnement œuvre actuellement à la mise en place de 10.500 clubs verts au niveau des écoles de ces régions.

Pin It