Par Djamel ZERROUK : Les Blidéens entament leur deuxième jour de confinement total pour une durée de dix jours. Cette décision prise au plus haut niveau de l’Etat, est une mesure d’urgence visant à « protéger » la wilaya la plus touchée en nombre de cas par le Covid-19.

Comme au premier jour, les avenues, boulevards, rues et ruelles, ainsi que les places publiques et les moindres recoins de la Ville des roses étaient désertes ce mercredi 25 mars, a-t-on constaté. Les citoyens semblent s’en accommoder obéissant ainsi à la lettre les ordres émis par les pouvoirs publics « pour l’intérêt des habitants » de cette ville peuplée par près de 250.000 habitants. Les autorités de la wilaya de Blida ne cachent pas leur satisfaction, non sans rendre hommage à la population « qui a répondu sans hésitation à cette mesure préventive ». La wilaya de Blida, en haut du tableau des wilayas atteintes par le coronavirus, comptait lundi 125 personnes atteintes du Covid-19. Toutefois, il est permis aux citoyens de quitter leurs foyers pour s’approvisionner en victuailles. La police, omniprésente dans la ville et sa périphérie, veille à ce que ce couvre-feu H24 soit respecté tout en scrutant les commerces d’alimentation générale, de fruits et légumes et de boulangerie. On doit rester vigilants sur la gestion du flux des consommateurs lorsqu’ils font la queue. Au moins un mètre de séparation doit être de mise entre deux personnes. Si la quasi-totalité ne rechigne pas sur ces mesures exceptionnelles, certaines personnes, pour la plupart âgées, admettent « difficilement cette contrainte ». A l’exemple de ce vieux retraité de 82 ans qui réside près de la Place Ettout. Selon son fils, joint par téléphone, El Hadj M’Hamed n’arrête pas de « réclamer ses amis » avec lesquels il passait le plus clair de son temps, dehors, à jouer aux dominos. « Heureusement que ma mère, un peu autoritaire, arrive à le dissuader de franchir le seuil de sortie », nous dit, souriant, notre interlocuteur. Il faut dire que pas mal de Blidéens n’ont pas attendu la « feuille de route » dressée par l’Etat pour se confiner chez eux.  Bien avant la décision prise par le président Tebboune, une bonne partie des habitants de cette ville distante de 50 kms d’Alger a décidé de rester à la maison. Abstraction faite des corps constitués ainsi que des bénévoles du mouvement associatif dûment validés par les services compétents de la wilaya. D.Z.

Pin It