Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a plaidé, mardi depuis la wilaya de Tindouf, pour l’exploitation de l’énergie solaire pour booster l’investissement agricole notamment saharien qu’il a qualifié de «projet national».

En visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tindouf, M. Djerad s’est rendu dans une exploitation agricole réservée à la plantation de l’arganier où il a suivi un exposé sur le programme de renforcement du raccordement des exploitations agricoles au réseau électrique, dans le cadre du développement de l’agriculture saharienne, insistant, dans ce sens, sur l’exploitation de l’énergie solaire en vue de booster l’investissement agricole.

Il également appelé les responsables du secteur à veiller au raccordement de tous les projets au réseau électrique, rappelant des instructions du président de la République lors du dernier Conseil des ministres concernant le raccordement des zones industrielles et des exploitations agricoles à ce réseau.

«Il est inconcevable de réaliser des projets sans leur raccordement à l’électricité» a-t-il déploré, estimant que l’agriculture saharienne constitue un projet national à concrétiser dans les plus brefs délais, en ce sens qu'il est à même de booster le développement et de créer des postes d’emploi».

A ce propos, il a rappelé la création d’un ministère chargé du développement des énergies renouvelables dans le cadre du dernier remaniement ministériel. Le gouvernement, poursuit-il, prendra des mesures en vue de faciliter l’acquisition des panneaux solaires, affirmant que l’Algérie dispose d'usines de production de ces équipements.

Le Premier ministre a également appelé à l’intégration des universités et des laboratoires dans le programme de développement de l’agriculture saharienne et à l’utilisation des énergies renouvelables, indiquant que ces efforts visent la réduction de la facture d’importation et des transferts en devises.

A cet effet, il a écouté les préoccupations des agriculteurs de cette exploitation agricole liées notamment à la levée du gel sur les activités de forage de puits profonds à même de relancer le secteur agricole, faisant état d'une "volonté politique de soutenir les investisseurs privés dans les régions du Sud du pays".

Plaidant pour la lutte contre la bureaucratie et l'encouragement des investisseurs dans les entreprises industrielles et agricoles, M. Djerad a fait savoir que l'Etat mettra tous les moyens à la disposition des agriculteurs "à condition de se conformer à un contrat moral" liant les deux parties".

Il a fait part de la disposition de l'Etat à dépêcher des ingénieurs agronomes sur le terrain pour examiner les préoccupations des agriculteurs.

Selon les responsables locaux, la wilaya de Tindouf, qui produit des légumes, des dattes et des olives, dispose d'une superficie cultivable estimée à 158.422 hectares.

Lors de sa visite à la plateforme logistique frigorifique d’une capacité de 5000 m3 située à la cité Tindouf Lotfi, M. Djerad a insisté sur l'importance de cette structure pour une région telle que Tindouf et de son rôle dans la consolidation de l'industrie manufacturière.

Pin It