Dans ce cadre, le coordinateur général de l'instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé mardi que toutes les initiatives dans le cadre du dialogue, quelles que soient les divergences, sont les bienvenues, estimant que "l'essentiel" est de trouver une issue à la crise.

M. Younes a déclaré accueillir favorablement les initiatives émanant des partis politiques, des personnalités, des représentants de la société civile et de tous les acteurs présents sur la scène nationale, précisant que l'instance qu'il préside ne dispose pas d'une feuille de route "officielle" ou d'un plan préétabli. L'ancien président de l'Assemblée populaire nationale a ajouté que la réunion que se tiendra mercredi à Alger, dans le cadre des consultations de l'instance de dialogue et de médiation, sera "ouverte à tous" et débattra "librement de toutes les questions qui intéresse le Hirak populaire et les revendications des Algériens". Les participants à cette réunion axeront leurs travaux sur les plates-formes des réunions du 15 et 26 juin (société civile et Forces de l'alternative démocratique) et du 6 juillet (Forum national pour le dialogue), a indiqué M. Younes, soutenant que les avis et propositions recueillis constitueront des documents de travail lors de la conférence nationale qui sera organisée à l'issue des consultations. M. Younes a réitéré que la revendication fondamentale de l'instance actuellement, pour qu'elles puissent entamer son travail de médiation, est "la libération des détenus, la cessation de la "violence" exercée contre les manifestants, de levée des restrictions qui empêchent les citoyens de rallier la capitale les vendredi, outre l'ouverture du champ médiatique".

Pin It