Voir plus bas: Mise au point de l'Ambassade de France suivi par l'éclaircissement de l'Aps

La France se repositionne sur la crise en Algérie et souhaite des élections qui se déroulerons dans de bonnes conditions. Jean-Yves Le Drian attribuera les trois principes à sa position.

Il s’agit : «Premièrement, l'Algérie est un pays souverain, et c'est au peuple algérien, et à lui seul, qu'il revient de choisir ses dirigeants et son avenir. C'est au peuple algérien de définir ses aspirations, ce qui implique la transparence et la liberté du processus», a-t-il expliqué. «Deuxièmement, l'Algérie est un pays ami auquel nous rattachent des liens multiples. Ce qui s'y passe a évidemment, nous le constatons, des conséquences directes et un fort retentissement en France», a-t-il ajouté. «Troisièmement, enfin, l'Algérie est un pays clé en Afrique et en Méditerranée. C'est pourquoi sa stabilité, sa sécurité et son développement sont tout à fait essentiels», a-t-il encore précisé, affirmant que «dans cet esprit que la France appréhende cette échéance cruciale en Algérie».

En effet, la déclaration du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves, rapporté par l'aps et Le Drian concernant la présidentielle en Algérie témoigne de la position de la France envers l’Algérie en tant que pays et non l’Algérie en tant que persone: «Nous souhaitons que le processus électoral se déroule dans de bonnes conditions, avec toute la transparence et la sérénité nécessaires. Vous avez raison, il s'agit d'un moment essentiel pour l'histoire de l'Algérie, ce pays devant trouver l'impulsion nécessaire pour faire face aux défis qui se trouvent devant lui et pour répondre aux aspirations profondes de son peuple et de l'ensemble des Algériens». Cette déclaration a eu lieu en réponse à une question mardi d'un député sur la situation politique en Algérie. Le Drian a même souligné, «l'importance" des manifestations et de la protestation populaire "qui se sont déployées depuis la décision du président Abdelaziz Bouteflika de déposer sa candidature à un nouveau mandat». Evoquant longuement ces manifestations en Algérie, Le Drian affirme que «les manifestations sont restées pacifiques, les forces de sécurité y ayant apporté une réponse mesurée. Je souhaite vraiment que cet esprit de responsabilité perdure et que le peuple algérien trouve les voies de sortie de cette crise». Et d’ajouter, «tout ce qui se passe en Algérie a des implications dans notre pays». Le ministre français a mis en valeur la position stratégique de l'Algérie, à la fois en Méditerranée et sur le continent africain, où elle touche la Libye et le Sahel. Dans cet ordre d’idée, Le Drian déclare que la France prend, «toutes ses responsabilités dans ces régions, essentielles pour notre propre sécurité», indiquant que les flux migratoires avec l'Algérie «sont stables et maîtrisés» et dont le gouvernement français accorde une «importance toute particulière». Le Driant a cependant expliqué les raisons de la position de la France vis-à-vis des élections en Algérie. Il répondra à un autre député en disant, «en raison de nos liens historiques ( ) avec l'Algérie, est évidemment très attentive au déroulement de cette échéance majeure». 

APS/CORRECTION

ATTENTION /CORRECTION : Après vérification par l’APS, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a répondu aux questions des députés le 06 mars 2019.

Cette réponse à une question d’un député sur la situation politique en Algérie remonte à cette date. Les réponses du ministre français n’ont été reçues qu’hier mercredi 8 mai 2019 par le bureau de l’APS de Paris. Le journaliste, voulant apporter une précision de sa part, a ajouté la date de l’élection présidentielle, alors que le ministre ne l’a pas évoquée explicitement. Toutefois, les propos du ministre français ont été fidèlement repris.

L’APS s’excuse auprès du MAE français et de ses abonnés. Prière tenir compte de la dépêche suivante avec les corrections nécessaires et d’annuler la dépêche diffusée mercredi le 8 mai.

L'Ambassadeur de France dément l'Aps

L'Ambassade de France a Alger dément l'information publiée par l'Aps et selon laquelle, Jean-Yves Le Drian a déclaré que "la France souhaite que l’élection présidentielle se déroule dans de bonnes conditions". En effet, dans une mise au point publiée ce jeudi 09 mai 2019, l’Ambassade de France à Alger a rappelé que les déclarations du ministre français des Affaires étrangères remontent au "06 mars dernier, avant l’annulation des élections du 19 avril." “L’Ambassade de France en Algérie a pris note et s’étonne de la dépêche publiée par l’APS le mercredi 8 mai, sous le titre “La France souhaite le déroulement de la présidentielle algérienne dans “de bonnes conditions”, qui laisserait à penser que les déclarations du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, seraient nouvelles”, souligne le communiqué. Precisant qu'"il s’agit en réalité d’une réponse datant du 6 mars 2019, lors d’une séance de questions au Gouvernement à l’Assemblée nationale”, rappelle la même source, qui précise que ces déclarations “ne sauraient donc être présentées comme la position française à la date du 9 mai 2019″. A titre de rappelle, le mercredi 08 mai 2019, l’Aps a publié une dépêche selon laquelle “la France souhaite que l’élection présidentielle en Algérie se déroule dans de “bonnes conditions". Laquelle dépêche à été reprise par l'ensemble des médias nationaux.

Pin It