Ali Benflis plaide, pour «l’application des articles 7, 8  combinés à l’article 102 de la Constitution qui constituent la meilleure solution pour une sortie de l’impasse actuelle».

Le parti Talaie El-Hourriyet a souligné l’urgence d’aller vers une solution globale de la crise actuelle que vie le pays. Dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Bureau politique de son parti,  Ali Benflis s’attaque directement à des personnes politique qui, dira-t-il,  «l'attitude et les manœuvres de ceux qui s’accrochent au pouvoir », Talaie El-Hourriyet s'est dit «convaincu que la solution de la crise passe nécessairement par le départ des figures emblématiques du régime et un traitement tout à la fois constitutionnel et politique de la crise».

Affirmant par ailleurs que «la tenue des élections présidentielles, à son échéance constitutionnelle, ne peux qu’exposer le pays à la situation d’une parodie électorale sans candidats et sans électeurs avec comme résultat un président dépourvu de toute légitimité ». Poursuivent son idée, Ali Benflis estime que «le maintien de la présidentielle programmée au 4 juillet exposera le pays à la situation d'«une parodie électorale», soulignant que l'application «exclusive» de l'article 102 de la Constitution a mené à «une impasse politique et constitutionnelle». Talaie El-Hourriyet affirme à ce titre que «la mise en œuvre intégrale et exclusive de l’article 102 de la Constitution a mené, manifestement à une impasse politique et constitutionnelle», soutenant que, «en dehors de la démission du président de la République, tout le reste de son dispositif entre en conflit frontal avec les revendications légitimes de la révolution démocratique en marche dans notre pays». 

Pin It