17.778 accidents de la route sont survenus durant les 11 premiers mois de l’année 2020, en baisse par rapport au bilan de la même période de l’année dernière (21.109 accidents), a-t-on appris jeudi à Tiberkanine (46 km à l’ouest de Aïn Defla) auprès de la chargée de communication de la Délégation nationale à la sécurité routière (DNSR).

"La propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ayant grandement influé sur le trafic routier ainsi que les campagnes de sensibilisation lancées au cours du deuxième semestre de l’année dernière sont susceptibles d’expliquer ce résultat", a précisé Fatima Khéllaf en marge d’une journée de sensibilisation au profit des conducteurs de poids lourds organisée à l’aire de repos de Tiberkanine sous le signe "En hivers, redoublez de vigilance".

La tendance à la baisse durant la période considérée concerne également le nombre des personnes tuées suite à ces accidents (-391) ainsi que celui des blessés (-4877), a-t-elle fait savoir, qualifiant ce bilan "d’encourageant mais pas satisfaisant".

Selon elle, même si l’on est loin de l’année 2015 où le bilan relatif aux accidents de la route faisait, alors, état de 4 600 morts, il n’en demeure pas moins que la sensibilisation sur les dangers liés aux accidents de la route "ne doit pas baisser d’un iota" à fortiori lorsque les statistiques font état de la prédominance du facteur humain dans la survenue de ces accidents.

"Le facteur humain est derrière 96,60 % des accidents de la route survenus durant les onze premiers mois de l’année dernière, suivi de l’état du véhicule (2,01 %) et de celui de l’infrastructure routière et des conditions atmosphériques (1,39 %), d’où l’impératif de la poursuite des efforts en matière de sensibilisation dans le but de réduire l’hécatombe routière", a-t-elle argumenté.

Evoquant la campagne de sensibilisation au profit des chauffeurs de poids lourds empruntant l’autoroute est-ouest, laquelle a été entamée le 21 décembre dernier à partir de la wilaya de Blida, elle a noté que celle-ci vise à ancrer la culture se rapportant à la circulation routière au sein de ces professionnels du volant, souvent impliqués dans les accidents de la route.

Soutenant que la conduite automobile est "un art et une culture", le directeur de la santé, de la sécurité et de la protection de l’environnement au sein de Naftal, Hakim Briki a, pour sa part, noté que la sensibilisation aux risques des accidents de la route est une responsabilité multisectorielle.

Pin It