Des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) ont affirmé, mardi, que le Plan d'action du Gouvernement était "ambitieux et intégré" mais "manquait" de mécanismes de contrôle et de précision des délais, appelant à la conjugaison des efforts pour sa concrétisation.

Lors de la séance plénière consacrée au débat du Plan d'action du Gouvernement, le député, Abdelmadjid Denouni du Front de libération nationale (FLN), a indiqué que ce Plan était "intégré", mais soulignant, toutefois, l'absence des chiffres et des mécanismes à même de permettre le contrôle de sa mise en œuvre. L'exécution du Plan d'action du Gouvernement "nécessite l'éradication des pratiques bureaucratiques", a-t-il ajouté.

Qualifiant ce Plan d'"ambitieux", la députée, Faiza Bouhama (FLN) a estimé que l'investissement en la ressource humaine était "primordial" pour sa concrétisation, critiquant "l'absence de mécanismes pratiques permettant le contrôle de sa mise en oeuvre sur le terrain ainsi que la non précision des délais d'exécution".

De son côté, le député, Hicham Rahim (FLN) a valorisé la teneur du Plan d'action "au vu de ses nombreux aspects positifs, notamment en matière de gouvernance politique, économique et sociale à même de garantir une distribution équitable des richesses".

Pour sa part, le député Saleheddine Dkhili, du Rassemblement national démocratique (RND), s'est félicité du contenu du Plan d'action qui "reflète la volonté populaire d'un changement radical de régime et d'amélioration du quotidien du citoyen, particulièrement en termes d'emploi de jeunes".

Intervenant à cette occasion, le député Si Afif (FLN) a évoqué les plus grands défis qui se posent au Gouvernement pour l'application de son Plan d'action, notamment le renforcement de la stabilité du front interne à travers la restauration de la confiance du citoyen en ses institutions et l'impératif de s'affranchir de la dépendance excessive aux hydrocarbures, pour la relance de plusieurs secteurs importants.    Le volet économique a eu la part du lion dans les débats qui ont suivi la présentation du Plan d'action du Gouvernement, en mettant en avant l'impératif de redynamiser l'économie nationale comme premier pas vers l'édification de l'Algérie nouvelle.

Les députés ont saisi, dans leur majorité, l'occasion pour saluer la série de rencontres initiées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec les personnalités nationales et les partis pour discuter des affaires publiques et de la révision la Constitution, soulignant la nécessité d'impliquer toutes les composantes de la société, sans exclusive.

A noter que la plénière de l'APN s'est déroulée en l'absence des députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et du Front des forces socialistes (FFS) en maintien de leur décision de geler leurs activités parlementaires.

Les débats autour du Plan d'action du gouvernement se poursuivront, au niveau de la Chambre basse du Parlement, durant deux jours avant la séance de jeudi qui sera consacrée à la réponse du Premier ministre aux questions des députés et au vote.

Pin It