Des milliers de citoyens ont répondu à l’appel à des marches dans plusieurs wilayas du pays a l’est au centre comme à l’ouest du pays.  En ce 21ème vendredi,  ils sont encore une fois de plus  des milliers de personnes sorties dans des marches pacifiques à travers différentes villes du pays.

Ce vendredi, sous une chaleur torride, les manifestants ont renouveler leurs revendications pour un "changement radical" du système et le départ de ses principales figures. Dans l'Est du pays, notamment à Constantine, Mila et Oum El Bouaghi, les premiers groupes de manifestants ont battu le pavé des boulevards de centres de ces  villes dès 15h00, et bien que la mobilisation soit moins importante que les précédents vendredis, les marcheurs ont appelé à appliquer les articles 7 et 8 de la Constitution, stipulant surtout que "le peuple est source de tout pouvoir". Les citoyens qui ont réinvesti les rues de ces cités, ont marché dans le calme pour réaffirmer leur détermination à continuer leur lutte pacifique, jusqu’à la satisfaction de leur revendication principale: "Un changement radical du système politique actuel". A Skikda, les manifestants, nombreux au rendez vous de ce 21ème vendredi, ont sillonné les principales artères de la ville, scandant "Oui à des élections chapeautées par une instance indépendante et intègre", tout en applaudissant les actions de la justice visant la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics. Depuis Annaba, le premier groupe de manifestant qui a rallié le Cours de la Révolution au centre ville, a scandé "Dawla madania machi askaria" (Un Etat civil et non militaire) et appelé au départ du Premier ministre. "Bedoui dégage !", criait la foule, au moment où à El Tarf, les citoyens manifestaient leur attachement à leur pays en scandant, haut et fort, ''l'Algérie est au dessus de tout autre intérêt''.

Pin It