Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Mokri a plaidé, mardi à partir Chlef, pour l’adoption de l’initiative du consensus national et à la préservation de la stabilité en Algérie, par le biais du dialogue. Animant un meeting populaire à la salle de cinéma "Djamel", M. Mokri a soutenu que son parti est porteur d’un message de "consensus national", susceptible de préserver la stabilité, la paix, et la souveraineté nationales, au même titre que l’unité du peuple, a-t-il estimé.

"La stabilité nationale est une priorité pour laquelle le parti œuvre à présenter toutes les alternatives possibles", a -t-il, en outre, souligné, appelant tous les partis et organisations "à la cohésion, au dialogue et au consensus" en contribuant à la recherche de solutions basées sur des visions politiques et économiques unifiées, a-t-il proposé. Assurant, en outre, que le MSP "n’est pas dans l’opposition pour faire de l’anarchie", M. Mokri a souligné que l’Algérie "possède les ressources susceptibles de consacrer le développement et la justice", et que "chaque parti se doit de proposer un programme pour lutter contre la corruption". Le président du MSP a encore estimé que sa formation politique "a fait son devoir en échangeant le contenu de l’initiative du consensus national avec différents acteurs de la scène politique". Il s’est dit, par ailleurs, "contre le report des élections présidentielles, sauf s’il y a consensus concernant l’élaboration d’une nouvelle Constitution et d’une loi sur les élections dans un délai de moins d’une année". "A cela s’ajoute l’implication de tous les acteurs politiques dans la désignation (par consensus) d’un chef du Gouvernement", a-t-il dit, précisant que le MSP est "pour un Gouvernement consensuel et pour tout candidat propre". Il a aussi abordé "la situation régionale embrasée" et la situation économique nationale, en proposant de se départir de l’économie de la rente pétrolière". Le président du MSP a, d'autre part, appelé ses militants au "respect des lois garantissant l’alternance pacifique aux postes de commandement au même titre que des règles de la véritable démocratie".

 

Pin It