Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi a mis l'accent, mercredi à Alger, sur le rôle des walis dans l'augmentation des surfaces agricoles exploitables qui constitue l'une des principales "priorités" de l'Etat dans le secteur agricole.

 Dans son allocution à la Rencontre Gouvernement-walis, M. Bouazghi a exhorté les walis à "adopter la politique qui prône l'augmentation des surfaces agricoles exploitables, à travers la promotion de l'investissement privé, le soutien et la libération de toutes les initiatives et énergies créatives, la facilitation des procédures et la levée des obstacles auxquels sont confrontés les producteurs et les opérateurs économiques, notamment les jeunes et la femme rurale".

Il a également appelé à "lever le défi" inhérent à l'augmentation des surfaces irriguées à 2 millions d'hectares, à travers la mobilisation des ressources hydriques conventionnels et non conventionnels, la réalisation de périmètres d'irrigation et la sensibilisation des agriculteurs à l'utilisation des techniques modernes d'irrigation. S'agissant du statut juridique du foncier agricole, le ministre a indiqué que 90% des actes avaient été remis aux agriculteurs dans le cadre de l'opération de conversion du droit de jouissance des terres agricoles en droits de concession, mettant l'accent, à cet égard, sur l'impérative intensification des efforts pour le parachèvement de l'opération avant fin 2018. Le programme de mise en valeur agricole via les contrats de concession et d`accès à la propriété foncière, a permis à 200.000 citoyens de bénéficier de 1,5 million ha, a-t-il révélé. Toutefois, les walis doivent accompagner et encadrer plus efficacement cette opération et veiller "rigoureusement" à la récupération des terres inexploitées, a ajouté le ministre, révélant que la superficie des terres récupérées à ce jour s'élève à 300.000 ha. Par ailleurs, les walis doivent redoubler d'efforts pour encourager et accompagner les projets de stockage et de froid, créer des réseaux logistiques pour préserver la dynamique du secteur qui a permis d'atteindre des niveaux importants de production, de réaliser l'autosuffisance dans plusieurs filières et d'exporter les excédents vers les marchés extérieurs, selon M. Bouazghi.Le ministre a salué le rôle des walis dans la préservation du legs forestier, en orientant les opérateurs vers l'investissement dans ce domaine, à l'instar des projets d'exploitation des plantes aromatiques ou de loisirs forestiers et écologiques. Dans ce contexte, il a relevé les efforts déployés en matière de protection des forêts contre les incendies, précisant que la superficie endommagée a baissé de 54.000 ha en 2017 à 2.000 ha en 2018. Le ministre a également appelé à encourager l'investissement local dans le domaine de la pêche, de l'aquaculture, de la  réparation des bateaux de pêche et à impliquer les organisations professionnelles dans la dynamique du secteur. Bouazghi a rappelé les efforts déployés par l'Etat dans le secteur de l'agriculture, notamment à travers les dépenses qui s'élèvent à plus de 3.000 milliards de DA entre 2000 et 2018. Ces efforts ont été sanctionnés par l'augmentation de la contribution de  l'agriculture dans le Produit intérieur brut (PIB)  à 12,3 % avec une valeur productive de 3.216 milliards de DA en 2018.

Pin It