L’Algérie prend part au Colloque international sur la gestion durable des pêches qui se déroule au Siège de la FAO à Rome en Italie, du 18 au 21 novembre.

L’Algérie est représentée à cet événement mondial, par le ministère de l’Agriculture et du développement rural avec la participation de son directeur général de la Pêche et de l’aquaculture, Taha Hamouche. Sous le slogan « Renforcer les liens entre la science et les politiques», le Colloque rassemble plus de 800 participants, notamment des experts du milieu universitaire, du secteur privé, des pouvoirs publics, d’organisations internationales, d’organisations non gouvernementales et de la société civile venus du monde entier. Faut-il noter que pour ce volet de gestion  durable des pêches le Programme de développement a été établi  à l’horizon 2030 et les gouvernements se sont mis d’accord sur un plan de transformation pour éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et parvenir à un développement durable pour tous. Ce projet d’une ampleur inédite s’articule autour des dimensions économique, sociale et environnementale de la durabilité. La réalisation du Programme 2030 présente néanmoins des défis majeurs. Le nombre de personnes sous-alimentées est reparti à la hausse après une longue période de déclin pour atteindre 822 millions de personnes en 2018, et 2 milliards de personnes font face à une insécurité alimentaire modérée ou grave. Combattre la faim et la pauvreté suppose de faire une utilisation efficace et durable des ressources naturelles. La pêche et l’aquaculture ont un rôle déterminant à jouer dans la concrétisation d’un monde libéré de la faim et de la malnutrition. En 2017, le secteur a produit 153 millions de tonnes de poisson pour la consommation humaine directe, soit sept fois plus qu’en 1950. L’augmentation de la consommation mondiale de poisson par habitant a donc été deux fois plus rapide que la croissance démographique, atteignant le niveau record de 20,3 kg par habitant en 2016.

Pin It