Le Secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni a appelé, samedi à Alger, à voter par "oui" au projet de révision constitutionnelle qui sera soumis à référendum populaire le 1er novembre 2020, et ce pour "une Algérie nouvelle et développée".

"Il faut voter par +oui+ à la Constitution le jour du référendum à la faveur des nobles principes contenus dans ce document, afin d'emprunter le droit chemin vers une Algérie nouvelle fondée sur le développement", a déclaré M. Zitouni lors d'un meeting populaire animé à la salle omnisports de Cheraga à Alger.

Le SG du RND a souligné que la préparation de ce projet "s'est déroulée avec sérieux, à commencer par l'installation du comité des experts qui a établi une mouture, ayant été marquée par un large débat en vue de sortir avec les points positifs et négatifs à examiner, puis distribuée à la classe politique, à l'élite, à la société civile et à l'ensemble des franges de la société algérienne, avant son adoption par le Parlement, une mouture devenue par la suite un projet qui sera soumis à référendum du 1er novembre".

Ce projet "devra opérer un saut qualitatif dans son contenu en termes de consolidation des libertés et des droits, de séparation des pouvoirs et de consécration des revendications du peuple algérien exprimées lors du Hirak béni du 22 février".

A cette occasion, M. ZItouni a rappelé que le projet constitutionnel "a répondu à plusieurs revendications populaires, consacré le régime républicain du pays, préservé les symboles immuables de l'identité nationale et renforcé le rôle de la société civile en vue d'édifier une Algérie moderne", ajoutant qu'il a également "consacré la séparation des pouvoirs, limité le nombre des mandats présidentiels, consolidé l'indépendance de la justice et les organes de contrôle pour la protection des deniers de l'Etat et la lutte contre l'argent sale".

La Constitution "est une fierté pour nous. Elle compte 45 articles relatifs aux libertés, dont 22 nouveaux, ce qui est considéré comme un grand pas vers une Algérie nouvelle, d'autant plus qu'elle a préservé les principes de la politique étrangère algérienne en faveur des causes justes et la non ingérence dans les affaires internes des Etats".

Pour le SG du RND, le Hirak du 22 février "représente l'amorce d'une Algérie nouvelle et une étape décisive dans son histoire, en ce sens qu'il a pu grâce à l'accompagnement de l'Armée nationale populaire (ANP), franchir les premiers pas vers une nouvelle étape, à savoir l'élection présidentielle où le peuple a choisi son président en toute liberté et démocratie".

Il a appelé, par ailleurs, les Algériens "à ne pas céder aux voix qui appellent au boycott du référendum", mettant en garde contre "les tentatives de division et de déstabilisation des Algériens, en utilisant les symboles identitaires".

"La diversité de la société algérienne doit être exploitée pour son développement et non pour sa division et sa dislocation", a-t-il dit.

Pin It