Des quantités « importantes » de pluie ont été enregistrées au nord du pays durant la période allant de mars à mai, avec des volumes qui ont parfois triplé par rapport à la normale, selon le directeur du Centre climatologique national (CCN), Salah Sahabi Abed.

« Des quantités importantes de précipitations ont été enregistrées au nord du pays durant la période de la saison printanière (mars-avril-mai). Quelques wilayas ont vu leurs quantités parfois triplées par rapport à leurs normales climatiques (1981-2010) sans toutefois dépasser leurs records observés durant les 30 dernières années (1988-2017) », a précisé M. Sahabi à l’APS. Ainsi, les wilayas de Bejaia, Mascara et Tiaret ont enregistré des quantités « dépassant leurs records mensuels absolus pour le mois de mars sur cette même période », a-t-il relevé, s’appuyant sur une étude menée par l’ONM sur la situation pluviométrique de cette période. Durant le mois d’avril, en revanche, cinq stations météorologiques ont observé des « quantités dépassant leurs records » à savoir, Tiaret, Kssar-Chellala, Médéa, Ghazaouet et Ténès, a-t-il noté, ajoutant que pour d’autres, « la quantité enregistrée en avril a dépassé le cumul des deux mois de janvier et février 2018 ». Le responsable de ce centre qui relève de l’Office national de la météorologie (ONM) a fait observer, dans le même cadre, que les quantités de pluie de mai « ont parfois dépassé celles de janvier ou de février 2018 sans toutefois excéder leurs records absolus enregistrés durant les 30 dernières années ». Toutefois, malgré les quantités exceptionnelles enregistrées cette année, le record absolu du mois de mars reste encore plus important pour un certain nombre de wilayas comme celui de Chlef observé en mars 2016 (131 mm), Médéa 307 mm en 2007 et Oran 119 mm en 1991. Par contre, la wilaya de Bejaia, avec 197 mm cette année, mars demeure le plus pluvieux depuis les 30 dernières années, souligne l’étude du CCN.

Pin It