Le Rapport sur les Vies Sauvées publié dans Le BMJ Global Health montre le pouvoir de la mobilisation collective des ressources du partenariat du Mécanisme de Financement Mondial:

EMPÊCHER LA MORT DE PRÈS DE 34,7 MILLIONS DE FEMMES, D'ENFANTS ET D'ADOLESCENTS

EMPÊCHER 275 MILLIONS DE CAS DE RETARD DE CROISSANCE

RÉDUIRE LES TAUX DE MORTALITÉ MATERNELLE DE 32%

RÉDUIRE LES TAUX DE MORTALITÉ DES MOINS DE CINQ ANS DE 34% À 35%

RÉDUIRE LA MORTALITÉ NÉONATALE DE 34%,

RÉDUIRE LE NOMBRE DE MORTINAISSANCES DE 32% À 33%

WASHINGTON, DC – Le BMJ Global Health a publié aujourd'hui l'étude intitulée:  Pousser les limites à travers le Mécanisme de Financement Mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents dans 50 pays durement touchés, qui prévoit que près de 35 millions de vies pourraient être sauvées si le partenariat[i]  du GFF s'étend à 50 pays les plus durement touchés par les décès évitables de femmes, d’enfants et d’adolescents. L’étude, publiée avec les contributions d’Avenir Group, de la Fondation Bill & Melinda Gates, de Cambridge Economic Policy Associates, du GFF et de l’Université Johns Hopkins, constate[ii] que 2,6 milliards d’US$ des ressources du Fonds Fiduciaire du GFF pourraient: “…mobiliser collectivement 50 à 75 milliards d’US$ de fonds supplémentaires pour étendre la prestation des interventions sanitaires et nutritionnelles vitales afin d'atteindre une couverture d'au moins 70% pour la plupart des interventions dès 2030. Cela pourrait éviter 34,7 millions de décès–notamment des décès évitables de mères, de nouveau-nés, d’enfants et les mortinaissances–et cela, par rapport à la couverture stabilisée [iii], ou 12,4 millions de décès par rapport au maintien des tendances historiques [iv]. Il est estimé que les taux de mortalité des moins de cinq ans et des nouveau-nés diminuent respectivement de 35% et 34% et les mortinaissances de 33%.” Le partenariat du GFF dispose maintenant de l'occasion d'aider les pays à accélérer les progrès liés à la couverture de santé universelle pour sauver jusqu'à 35 millions de vies d'ici à 2030. Cela inclut les efforts collectifs déployés par tous les partenaires du GFF pour soutenir les dirigeants nationaux afin de s’assurer que la croissance économique se traduise par une utilisation de plus en plus efficace des ressources publiques pour la santé et la nutrition. Les vies estimées sauvées de cette étude reflètent les efforts combinés qui contribuent spécifiquement à réduire la courbe des taux de mortalité parmi les mères, les nouveau-nés et les enfants, notamment les contributions du Gavi, l’Alliance pour les Vaccins; le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme; ONUSIDA; et de FP2020. Avec plus de cinq millions de femmes et d'enfants qui meurent chaque année de causes évitables, dues en grande partie à un sous-investissement persistant et chronique dans les services de santé et de nutrition de base de qualité, un changement radical s'impose si les pays doivent prendre en main leur avenir démographique, réduire leur dépendance vis-à-vis de l'aide extérieure, bâtir une population active en bonne santé, développer leurs économies et augmenter leur PIB. Le GFF a été créé en 2015 par la Banque Mondiale, le Canada, la Norvège, les Nations Unies et d'autres partenaires pour aider à relever ce défi. En tant que pionnier du financement innovant des Objectifs de Développement Durable, il contribue à aborder le programme inachevé de la santé et de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents et à combler le déficit de financement. « Pendant trop longtemps, les plus pauvres du monde ont été laissés pour compte, constamment sous-investis et dépriorisés. Nous pouvons changer cela - non seulement sauver des millions de vies, mais aussi améliorer considérablement la vie de beaucoup plus de femmes, d'enfants et d'adolescents et, aider les pays à améliorer de manière significative leurs perspectives économiques, » a déclaré Mariam Claeson, Directrice du GFF.  Le partenariat du GFF travaille avec le gouvernement du Nigéria pour améliorer et étendre les services de soins de santé primaires dans tout le pays. «Le Gouvernement du Nigéria est déterminé à s’assurer que tous les Nigérians - en particulier les femmes, les enfants et les adolescents confrontés aux situations les plus difficiles, dans les endroits les plus difficiles - aient accès aux services de santé et de nutrition de base dont ils ont besoin sans devenir plus pauvres en les payant », a indiqué le Professeur Isaac F. Adewole, Ministre de la Santé du Nigéria. «Le Mécanisme de Financement Mondial a créé un nouveau sentiment de prise de conscience: nous devons mettre notre argent sur la table pour ces investissements essentiels dans nos populations et les utiliser de manière encore plus intelligente - et cela n’a pas été fait auparavant. » Le rapport d’aujourd’hui dans le BMJ Global Health quantifie l’impact que le partenariat du GFF peut avoir s’il est à mesure de mobiliser les 2 milliards d’US$ pour le Fonds Fiduciaire du GFF à travers son réapprovisionnement afin d’étendre son soutien de 27 à 50 pays confrontés aux besoins les plus urgents. Le 6 novembre 2018, les Gouvernements de la Norvège et du Burkina Faso, le Groupe de la Banque Mondiale et la Fondation Bill & Melinda Gates coorganiseront un événement à Oslo, en Norvège, afin de dynamiser le soutien en faveur du réapprovisionnement. «À mesure que les pays poursuivent leurs transitions en matière de financement de la santé, il est essentiel de veiller à ce que les ressources générées par la croissance économique soient utilisées de manière efficace, notamment en ciblant davantage les domaines prioritaires de la santé et de la nutrition. Les plans du GFF et de ses partenaires pour faciliter ces changements évolutifs dans l'affectation des ressources pourraient permettre de sauver des millions de vies. » a stipulé Tom Cochrane, Cambridge Economic Policy Associates, Londres, Royaume-Uni. «Grâce au GFF, il existe une importante opportunité de combler les lacunes actuelles en matière de soins essentiels et de ne pas rater les occasions d’administrer des interventions décisives dans l’ensemble des besoins de santé des mères et des enfants. La communauté mondiale a très bien réussi à soutenir des programmes axés sur des interventions spécifiques visant à lutter contre les maladies ou des problèmes de santé particuliers. Ce que le partenariat du GFF apporte est un moyen d'aider les pays à se baser sur un système global adapté à leurs besoins. Cette approche continuera à transformer les systèmes de santé et à sauver des millions de vies dans les années à venir », a indiqué Neff Walker, École de Santé Publique Johns Hopkins Bloomberg, États-Unis. Une grande partie (environ 70%) des fonds supplémentaires de 50 à 75 milliards d’US$ pour les interventions liées à la santé reproductive, de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent et, de nutrition (SRMNEA-N), seraient mobilisés à partir de ressources nationales - les gouvernements augmentant sensiblement leurs engagements vis-à-vis du financement de la santé et de la nutrition à long terme. Le total des fonds catalysés à travers le Fonds Fiduciaire du GFF entièrement financé comprendrait approximativement: 36,8 milliards d’US$ - 51,1 milliards d’US$ de ressources nationales supplémentaires pour la santé et la nutrition dans les 50 pays. 12,9 milliards d’US$  - 18,5 milliards d’US$  d'aide au développement pour la santé reproductive, de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent et, de nutrition (y compris l’IDA/BIRD, les financements bilatéraux et multilatéraux). 4,5 milliards d’US$ - 11,1 milliards d’US$ de gains d’efficacité (argent mieux dépensé pour améliorer la santé et la nutrition). Réduction des dépenses directes des ménages de 4,1 milliard d’US$ - 5,8 milliards d’US$ (protection des dépenses directes des ménages afin de réduire l’appauvrissement causé par le coût des maladies). Le secteur privé est considéré comme faisant partie intégrante de chacun des éléments ci-dessus et des capitaux supplémentaires du secteur privé devraient être mobilisés avec le GFF. Le GFF 1) établit une plateforme pilotée par les pays pour assurer l'appropriation et le leadership national; (2) élabore un dossier d'investissement et un plan de mise en œuvre priorisant la santé reproductive, de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent et, de nutrition et améliorant l'efficacité; et (3) travaille avec les pays pour mobiliser les ressources financières nécessaires pour accélérer les progrès inhérents à la couverture de santé universelle et pour étendre et financer durablement la santé et la nutrition. SRMNEA-N - y compris un meilleur accès aux méthodes de planification familiale, une amélioration de la qualité et de la couverture des soins prénatals et postnatals, des programmes de nutrition, des vaccinations et de l'éducation. Ces interventions constituant l’ossature des services de soins de santé primaires essentiels et la base d'une société en bonne santé. Le GFF utilise une modeste partie de l’argent du Fonds Fiduciaire pour attirer les financements accrus pour la santé et la nutrition ; ainsi, les pays augmentent les ressources nationales, alignent des financements externes et concessionnels et mobilisent le secteur privé. Le GFF crée également des mécanismes de financement innovants pour élargir le bassin de financement dans lequel les pays peuvent puiser et, permet que l’utilisation de cet argent soit plus abordable pour les pays. [i] Le GFF est un vaste partenariat piloté par les pays. À l’échelle mondiale, le Groupe des Investisseurs du GFF comprend les pays membres du GFF, la Fondation Bill & Melinda Gates, qui préside actuellement le Groupe des Investisseurs du GFF; le Groupe de la Banque Mondiale, qui abrite le GFF; Gavi, l’Alliance pour les Vaccins; le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme; les Nations Unies; MSD for Mothers et les autres partenaires du secteur privé; la société civile; les gouvernements du Canada, du Danemark, des Pays-Bas, de la Norvège, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis; et d'autres partenaires. [ii] Les auteurs du rapport sont: Victoria B. Chou, 1 Oliver Bubb-Humfryes, 2 Rachel Sanders, 3 Neff Walker, 1 John Stover, 3 Tom Cochrane, 2 Angela Stegmuller, 1 Sophia Magalona, 4 Christian Von Drehle, 2 Damian G. Walker, 4 Maria Eugenia Bonilla-Chacin, 5 et Kimberly Rachel Boer, 5. 1 Département de Santé Internationale, École de Santé Publique John Hopkins Bloomberg, Baltimore, MD, États-Unis; 2 Cambridge Economic Policy Associates, Londres, Royaume-Uni; 3 Avenir Health, Glastonbury, CT, États-Unis; 4 Fondation Bill & Melinda Gates, Seattle, WA, États-Unis; 5 GFF/Banque Mondiale, Washington, DC, États-Unis. [iii] Base de Référence. La croissance des ressources est suffisante pour assurer la couverture des interventions aux niveaux actuels. Aucun changement dans les interventions sanitaires pour les mères, les nouveau-nés ou les enfants et les taux de mortalité et de fécondité restent constants. Les taux de prévalence de la contraception découlent de la Révision 2017 de la Division de la Population des Nations Unies. [iv] Tendance historique. La croissance des ressources correspond aux tendances actuelles. Par conséquent, dans ce scénario, la couverture des interventions sanitaires en cours de réalisation augmente au même rythme historique que par le passé, en supposant la poursuite de la croissance de l'aide publique au développement pour la couverture de conduite de la santé aux taux historiques. Les tendances propres à chaque pays reposent sur une analyse des données disponibles provenant de vastes enquêtes auprès des ménages représentatives à l’échelle nationale, en utilisant une approche de modélisation à plusieurs niveaux fondée sur les principes généraux décrits précédemment. Les projections de la couverture vaccinale ont été appliquées par Gavi, l’Alliance pour les Vaccins, en fonction de la mise en œuvre spécifique à chaque pays. Les tendances de l'intervention VIH/SIDA proviennent du Groupe de Référence de l'ONUSIDA qui comprend le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme; PEPFAR; USAID et autres. La contraception suit les tendances projetées par la Révision 2017 de la Division de la Population des Nations Unies sur les Perspectives de la Population Mondiale. Le paludisme inclut les objectifs nationaux du Fonds Mondial.

 

Pin It