Des milliers de personnes s'apprêtent à manifester, vendredi, dans les rues de Madrid où se tient la réunion internationale annuelle sur le climat de l'ONU (COP25) afin de pousser les pays signataires de l'Accord de Paris à agir contre le réchauffement climatique, rapportent des medias locaux.

Placée sous le mot d'ordre "le monde s'est réveillé face à l'urgence climatique", la marche madrilène pour le climat démarrera à 18H00 (17H00 GMT) devant la gare d'Atocha.

"Nous savons qu'elle sera massive, nous espérons des centaines de milliers de gens dans la rue réclamant des actions urgentes. 2019 a été sans aucun doute l'année du réveil climatique", a indiqué Pablo Chamorro, porte-parole de la manifestation, devant la presse.

Quelque 200 signataires de l'Accord de Paris sur le climat, qui vise à limiter le réchauffement de la planète à +2 C, voire +1,5 C, sont réunis depuis, lundi, pour deux semaines à Madrid, pressés de toutes parts pour fixer des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Avant le début des travaux de la (COP25), de nombreuses associations défendant le climat, avaient adressé aux congressistes les appelant à prendre "des mesures claires et ne plus se contenter de beaux discours".

"Nous retournons dans la rue (...) pour demander des mesures réelles et ambitieuses aux responsables politiques du monde entier réunis à la COP" et pour qu'ils reconnaissent "que l'ambition insuffisante de leurs accords va mener la planète à un scénario désastreux de réchauffement climatique".

"Si nous attirons l'attention, plus de gens s'impliqueront. Et au final, les politiciens devront faire quelque chose", a indiqué Paula Rubio, militante madrilène de 23 ans occupée depuis deux semaines à construire une immense baleine en bois de sept mètres pour le cortège".

Une autre marche est prévue simultanément, vendredi, à Santiago du Chili où devait initialement se tenir la réunion annuelle sur le climat de l'ONU (COP25) avant que le pays ne renonce à l'accueillir en raison d'un mouvement social sans précédent et qu'il ne soit remplacé par l'Espagne.

Pin It