Le Front Polisario a déclaré que le processus de paix onusien au Sahara Occidental " se trouvait à un point critique ", proche de "l'effondrement", relevant qu’il n’avait d’autres choix que de reconsidérer son engagement dans ce processus.

Réagissant juste après le vote, mercredi, de la résolution prorogeant le mandat de la Minurso d’une année, le Front Polisario a affirmé que ce texte ne contient aucune "action concrète pour faire avancer le processus de paix onusien", évoquant "un retour regrettable et inacceptable au statut quo au Sahara occidental". Cela "porte un sérieux coup à l’élan politique que le Conseil de sécurité a entretenu au cours des 18 derniers mois", a ajouté le Front Polisario en référence à la dynamique insufflée par l’ancien émissaire de l'Onu, Horst Kohler, qui a réussi à organiser deux tables rondes à Genève, six ans après l’arrêt des négociations de Manhasset. Le Front Polisario a estimé que l’instance suprême des Nations Unies a encore "manqué l’occasion" d’éviter "l’effondrement du processus de l’ONU face aux échecs répétés du secrétariat général de l’ONU et du Conseil de sécurité à empêcher le Maroc de dicter les termes du processus de paix et le rôle de l’Onu au Sahara Occidental". Face au Statut quo "le Front Polisario n’a d’autres choix que de reconsidérer son engagement dans le processus de paix", a-t-il mis en garde dans le même communiqué. C’est à ce titre que le Front Polisario a rappelé "les concessions énormes" qu’il a consenties pour faire avancer le processus politique, et ce "malgré l’intransigeance et le chantage" du Maroc. L’inaction du Conseil de sécurité face "aux tentatives flagrantes du Maroc de transformer la Minurso en un outil de normalisation de son occupation illégale de certaines parties de notre territoire à sapé l’intégrité du processus de paix de l’ONU", a regretté le Front Polisario. Et a rappelé encore que le mandat principal de cette mission onusienne, tel que défini par la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité et les résolutions ultérieures, consiste à organiser un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui libre et équitable.

Pin It