Les travaux de la 28e assemblée générale (AG) de l'Alliance des agences de presse méditerranéennes (AMAN) ont pris fin mercredi par la passation de la présidence, pour la période 2019-2020, à l'Agence Algérie presse service (APS).

 Le Secrétaire général de l'AMAN, Georges Penintaex a présidé la cérémonie de passation de la présidence au Directeur général de l'APS, Fakhredine Beldi, qui a mis l'accent, dans une brève allocution, sur la nécessité de poursuivre l'action commune et la coopération entre les différentes agences des deux rives de la Méditerranée, proposant pour thèmes de débat, lors des prochaines réunions, "les nouveaux modes de travail journalistique, notamment le journalisme mobile (MOJO)". Au terme des travaux, l'APS a signé un accord avec l'Agence de presse de la Fédération de Bosnie-Herzégovine (FENA) et un mémorandum d'entente avec l'Agence de presse chypriote (CNA). La clôture a été marquée par la remise des prix de la meilleure photo et du meilleur article de presse par le nouveau président de l'AMAN, Fakhredine Beldi et la présidente sortante Sofia Papadopoulou de l'agence de presse grecque (AMNA). Le prix de la meilleure photo a été attribué au photographe palestinien, Mustapha Hassouna de l'agence de presse turque Anadolu pour une photo d'un manifestant palestinien prise en 2018 lors d'affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces d'occupation israélienne. Le prix du meilleur article de presse est revenu au journaliste Abdelbasset Al Faridhi de l'agence Tunis Afrique Presse (TAP) pour un article analyse-enquête publié en 2018 sur la pollution environnementale le long du littoral tunisien. Ouverts mardi, les travaux de cette session ont repris, mercredi à huis-clos, en présence des directeurs généraux et responsables de 16 agences de presses de la Méditerranée. Les participants à cette rencontre ont débattu de plusieurs thèmes liés au renforcement d'échange d'informations, de dialogue et de coopération entre les agences de presse méditerranéennes, ainsi que leur adaptation aux grandes mutations que connait la scène médiatique. Le premier jour des travaux a été marqué par l'allocution du ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, qui avait mis en avant le rôle des agences de presse dans l'adaptation aux "mutations positives survenues dans les pays de la région de la Méditerranée, lesquelles visent à consolider la gouvernance démocratique". De son côté, le directeur général d'APS, Fakhreddine Beldi a appelé à opérer un changement dans le mode d'information pour faire face à "l'infobésité" à travers de nouveaux services adaptés à la conjoncture. Il a mis en avant également la nécessaire adaptation au nouveau mode de consommation de l'information, générée par la prolifération des supports de réception (mobile, tablette..), au regard de la rapidité avec laquelle l'information est répandue et la multitude de ses sources. Dans le même sens, le Secrétaire général de l'AMAN, Georges Penintaex, a insisté sur l'impératif pour les agences de presse d'opérer des changements dans leur méthode de travail, mais aussi d'être au diapason du développement effréné des moyens technologiques de par le monde, en vue de relever les nouveaux défis et de faire face aux +fake news+, devenus un phénomène mondial ayant une grande influence sur les citoyens. D'autres intervenants ont relevé que les agences de presse demeurent un "acteur incontournable" dans le marché international de l’information, mais doivent s'adapter aux contraintes technologiques et économiques en développant un contenu informationnel local et en investissant notamment dans l'audiovisuel. Créée en 1991, l'AMAN regroupe les agences de presse d'Algérie, de France, d'Italie, d'Espagne, du Portugal, de Grèce, de Chypre, d'Albanie, de Serbie, de Croatie, de Turquie, du Liban, de la Palestine, de la Libye, de la Tunisie, de la Mauritanie, du Maroc, d'Egypte et de Syrie.

 

Pin It