Plus de sept semaines après le début de son assaut sur Tripoli, le maréchal Khalifa Haftar, a intensifié les combats durant cette semaine dans la région sud de la capitale Tripoli.

Il s'agit des affrontements les plus violents depuis le début du ramadan, entre l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal et les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli. Au total, 562 personnes ont été tuées et 2855 autres blessées lors des combats qui ont lieu dans la capitale libyenne Tripoli et ses environs, a annoncé mardi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). "Le nombre de morts imputables au conflit armé à Tripoli est passé à 562, dont 40 civils, et 2 855 personnes ont été blessées, dont 106 civils", a indiqué l'OMS. "Parmi les morts de la semaine dernière figurent deux agent de santé", a ajouté l'OMS. L'armée basée dans l'est, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, mène depuis début avril une campagne militaire pour s'emparer de Tripoli, où siège le gouvernement soutenu par l'ONU. La Libye lutte pour traverser une période de transition marquée par le chaos depuis la chute de l'ancien président Mâammar El Gueddafi en 2011.

Pin It