Les troupes du puissant maréchal Haftar sont en route vers Tripoli pour «bombarder» le siège du gouvernement d'union nationale (GNA). Dans une déclaration diffusée sur la page Facebook du bureau des médias de l'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée le maréchal Haftar, il a été écrit «l’heure a sonné».

Le maréchal a ordonné à ses forces d’avancer vers la capitale. C’est mêmes forces pro-Haftar qui se préparent déjà depuis une semaine, déclarent-ont une offensive pour «purger l'ouest  libyen des terroristes et des mercenaires», sans identifier davantage leurs cibles. Cette annonce avait été faite par le général Ahmad al-Mesmari, porte-parole de l'ANL, au cours d'une conférence de presse à Benghazi (est). Il avait ajouté que ces "préparatifs" étaient "sur le point de s'achever". Jeudi, dans sa première prise de parole sur le sujet, le maréchal Haftar a lui promis d'épargner les civils, les "institutions de l'Etat" et les ressortissants étrangers. Du côté du gouvernement internationalement reconnu, (GNA), le président du Conseil présidentiel Fayez al-Sarraj a donné mercredi soir l'ordre aux forces armées de se tenir prêtes pour "faire face à toute menace". Jeudi, des puissants groupes armés de la ville de Misrata (ouest) loyaux au GNA se sont dits "prêts" "à stopper l'avancée maudite" des troupes du maréchal Haftar.

Pin It