La Vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, a indiqué que l'UE suit de près la situation des prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik dans les prisons marocaines, soulignant que l'UE a exprimé régulièrement ses "préoccupations concernant les cas présumés de mauvais traitements et d'impunité" que subissent ces détenus.

Interrogée au sein du Parlement européen (PE) au sujet de la situation de quatre prisonniers sahraouis du groupe Gdeim Izik, condamnés en 2013 à une peine capitale de 20 ans et soumis à des périodes continuelles d'isolement et au mauvais traitement, Mme Mogherini également Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, a affirmé que l'UE suit de près la situation des détenus sahraouis dans les prisons marocaines.

Les quatre détenus sahraouis, Sidi Abdallah Abbahah, Mohamed Bourial, Mohamed Lamin Haddi et El Bachir Khadda sont des prisonniers politiques appartenant au groupe "Gdeim Izik", qui avaient été condamnés en 2013 à des peines capitales de 20 ans. Ils ont été déplacés entre différentes prisons marocaines et se trouvent maintenant à Tiflet où ils subissent des tortures et des mauvais traitements, a-t-on indiqué dans la question adressée à Mme Mogherini. Les quatre prisonniers ont été soumis également à des périodes d'isolement continuelles, n'ayant aucun contact humain et privés de leurs droits. Depuis le 16 septembre 2017, ces prisonniers sont confinés dans l'isolement total sans accès aux journaux, aux livres, à la radio ou à la télévision. "Les quatre prisonniers sahraouis sont constamment insultés et menacés par d'autres personnes, dont les gardiens de la prison", a-t-on alerté. Les eurodéputés se sont, à la même occasion, interrogés sur la "raison" qui permis au Maroc de rester à l'abri d'une condamnation par l’UE, alors qu'il continue à faire subir aux prisonniers sahraouis des pratiques de mauvais traitement transgressant les droits de l'Homme les plus fondamentaux. "Le Comité des Nations unies contre la torture a eu à dénoncer ces cas de torture et de violations du droit international", a-t-on rappelé. Dans sa réponse écrite, Mme Mogherini a assuré que le suivi de la situation des détenus sahraouis dans les prisons marocaines inclut "la présence de la délégation de l'UE à Rabat en tant qu'observateur lors des procédures civiles", ajoutant que des représentants de la délégation de l’UE se réunissent régulièrement avec le Conseil national des droits de l’Homme pour améliorer les conditions de santé et de détention des prisonniers du groupe Gdeim Izik".

Pin It