Alger le 08-01-2021-algerie-medinfo/Mountaga Fané Kantéka, le journaliste et écrivain malien, révèle qu’une des sources de financement de l’hebdomadaire Jeune Afrique et le Makhzen.

Par S. DJAZAIRIA: Dans un article intitulé «Un marocain contrat de communication de 700 mille euros lie le Maroc au magazine Jeune Afrique», paru dans Next afrique, l’auteur note que le magazine, fondé et dirigé par les Ben Yahmed, «a souvent été qualifié de caisse de résonance de la Françafrique, est un journal corrompu, bras armé de la Françafrique, sac à m….

Ses relations avec les régimes dictatoriaux africains qui s’obstinent à pérenniser leur rôle de négriers de la France n’est plus à prouver. Ceux-ci payent cher pour rester au pouvoir».

   «Parmi les régimes qui font recours aux services de Jeune Afrique se trouve la monarchie médiévale du Maroc», souligne Mountaga Fané Kantéka, qui a réussi à obtenir la copie d’une facture trouvée parmi les documents confidentiels des services secrets marocains.

Celle-ci, référencée MAR0711-01, datée du 22 juillet 2011 et libellée au nom du ministère marocain de l’Intérieur, concerne un «contrat de communication» dont le montant s’élève à 125 000 euros.

Il s’agit, selon Mountaga Fané Kantéka, d’un «système de connivences sournois au détriment des peuples africains» pour le maintien duquel «Jeune Afrique existe».

    «Si bien que Françafrique, sans jeu de mots, serait un nom beaucoup plus approprié à ce canard dont le proprio arabe exilé en France, Béchir Ben Yahmed, se fait du beurre et des peanuts sur le dos des Nègres d’Afrique.»

«Hasard ou nécessité, un curieux phénomène veut que la mise sur pied de [la] politique de confiscation de l’indépendance négro-africaine coïncide étrangement avec la naissance du journal Jeune Afrique, fondé le 17 octobre 1960 à Paris par le Tunisien Béchir Ben Yahmed», accentue l’écrivain et juriste malien, en relevant la «péjorative.

    appellation» de ce média, «qui sous-entend ce sinistre paternalisme dont le colon français n’arrivera jamais à se défaire, voulant toujours faire croire que l’Afrique – vieille de plusieurs millénaires et berceau de l’humanité et de la civilisation – n’a existé qu’avec sa venue. Lui qui n’a qu’une histoire d’à peine quelques siècles. Lui qui n’a commencé à exister qu’avec son contact avec l’Afrique».

Pour le journaliste et l’écrivain malien, Mountaga Fané Kantéka, la création de ce média «néocolonialiste relève de tout, sauf du hasard». Le journaliste se réfère à l’économiste François-Xavier Verschave, connu pour sa dénonciation de la politique africaine de la France, qui soutenait que «le journal franco-africain Jeune Afrique est devenu le légataire universel des œuvres de Jacques Foccart», en indiquant que «depuis 1983, il (Jacques Foccart, ndlr) mangeait tous les mois avec Béchir Ben Yahmed, le patron de Jeune Afrique». «Ce mariage est le plus ancien et le plus connu», commentait l’économiste français.

    «Que peut-on rajouter à cette confession non équivoque, sinon rappeler que ce mariage entre le faucon Foccart et le vautour Ben Yahmed, cette union incestueuse entre le prédateur et le charognard, l’un abattant la victime pour se sustenter de sa chair fraîche, l’autre se repaissant des miettes de sa charogne, remonte à bien plus longtemps que ce que le premier affirme dans ses mémoires, c’est-à-dire à l’origine même de la Françafrique, de 1958 à 1960», s’agace le journaliste malien, convaincu que «le néocolonialisme français» a «pour nom Françafrique» et «pour instrument Jeune Afrique».

Ce à quoi on pourrait ajouter : «Il a pour bailleur de fonds le Makhzen, toujours sous protectorat français.»

 

 

Pin It