Pour les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), où la question des enfants non scolarisés dans les zones fragiles et en conflit ne peut pas être résolue par des solutions traditionnelles consistant à les envoyer dans une école, les perspectives sont particulièrement intéressantes.

Face à l’inéluctable transformation numérique de l’éducation et du travail, il est essentiel de veiller à ce que la jeunesse de ces pays aient les moyens de prendre part à cette évolution. C’est dans ce but que la Banque mondiale a récemment approuvé un nouvel investissement de 500 millions de dollars, pour appuyer les efforts du gouvernement égyptien visant à transformer les modalités de délivrance de l’éducation. Ce projet, qui sera mis en œuvre par le ministère de l’Éducation et de l’enseignement technique, entend améliorer, grâce à la technologie, les conditions d’enseignement et d’apprentissage dans le système éducatif public égyptien. C’est l’un des premiers projets de la région à transférer tout le système d’évaluation des élèves du pays sur le nuage… Pour compléter ce projet, la Banque mondiale travaille en partenariat avec le ministère de l’Éducation et de l’enseignement technique d’Égypte et Amazon Web Services (AWS), afin de lancer l’initiative « Compétences pour l’avenir » (« Skills for the Future Initiative » ou SFI). Il s’agit d’impartir aux jeunes gens des pays MENA les compétences dont ils auront besoin demain dans leur travail. SFI Cairo a réuni 200 jeunes Égyptiens inscrits dans les filières techniques et professionnelles et 70 enseignants pour un atelier de deux jours destiné à les familiariser avec les principes de l’informatique en nuage. La formation était assurée en arabe par l’équipe AWS Educate. Les interventions réalisées au titre de l’initiative SFI privilégient l’intersection entre compétences, technologie et jeunesse. À terme, d’autres ateliers intensifs de courte durée seront organisés dans ce cadre pour que les jeunes s’approprient la technologie et les compétences du 21e siècle avec, entre autres, des formations sur l’informatique en nuage, les savoirs comportementaux et toutes les aptitudes particulièrement recherchées dans la région. Les réfugiés ne seront pas oubliés car, dans leur situation, l’acquisition de ces compétences pourrait radicalement changer la donne. La jeunesse de la région MENA est avide de changement. À nous de veiller à ce que ces évolutions soient positives, porteuses de transformations et cohérentes avec le monde de demain !

Pin It