Le ministre du Commerce, Said Djellab, a indiqué mardi à Alger que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) profitera énormément à l'Algérie à condition qu'une stratégie de libération des initiatives économiques soit adoptée.

 Lors d'une conférence de presse en marge de l'inauguration du Salon des produits algériens destinés à l'exportation au Palais des expositions (Alger), M. Djellab a estimé que la Zone de libre-échange continentale africaine profitera énormément aux pays disposant d'une base industrielle et notamment à l'Algérie "pour peu qu'elle adopte une stratégie pragmatique et réaliste de libération des initiatives économiques au profit des opérateurs nationaux". "Nous sommes convaincus que l'Algérie aura un rôle pionnier, aux côtés de l'Afrique du Sud, du Nigéria et d'autres pays, dans l'accélération de l'intégration africaine", a affirmé le ministre, insistant sur le rôle majeur de l'Algérie dans la réussite de cette zone. Selon lui, la réussie de la Zone de libre-échange continentale africaine est tributaire du niveau de facilitation, par les Etats, des procédures d'importation et d'exportation et de l'élargissement des bases logistiques. Un chantier auquel s'attèlle actuellement l'Algérie, a-t-il ajouté, estimant que "la logistique est l'élément décisif pour remporter la bataille de l'intégration". La ZLECAF sera effectivement opérationnelle à partir de juillet 2020 à travers le démantèlement tarifaire progressif sur une période de 5 ans (10 ans pour les pays les moins avancés) à un taux annuel moyen de 20% pour 90% des lignes tarifaires. Des plateformes africaines de veille ont, parallèlement, été créées en vue d'évaluer les besoins de chaque marché et contribuer ainsi à la substitution des produits importés de l'extérieur du continent à d'autres fabriqués en Afrique.

Pin It