Par : Hafid. S.

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a insisté sur l’importance de l’institution de la TVA, sur  l’importation des kits  automobiles ckd et skd, qui est de l’ordre de «19% ». Il a par ailleurs précisé que «les mesures d’exemption n’étaient pas productives, vu que  les opérateurs bénéficient de plusieurs autres mesures avantageuses».

Lors de son passage ce mardi à l’Assemblée Nationale Populaire (APN), le ministre des Finances a ajouté que, «les opérateurs ne sont pas assujettis à la TVA, pour la commercialisation de l’automobile, dans le but de rendre plus compétitif, la voiture produite localement». Le ministre des Finances a affirmé que «les exemptions dont bénéficient les opérateurs sont multiples dans la phase de l’investissement et l’exploitation, ayant pour but l’encouragement de l’investissement. Cependant le ministre a par ailleurs regretté  le fait que l’exemption de la TVA génère un manque à gagner pour le trésor public. Par contre, les députés ont émis des réserves, concernant l’institution de la taxe, précisant qu’ils se refusent de porter  le fardeau par le consommateur, c’est ainsi  que la dite disposition a suscité un débat houleux au sein de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale Populaire (APN). Outre le fait que, les discussions tendent vers l’option de l’annulation  de la TVA sur les usines de montage de voitures, ou du moins la réduire, puisque la mesure devait être assumée en dernier lieu par le consommateur final. Le gouvernement a institué une TVA (taxe sur la valeur ajoutée) de 19%, sur l’importation des kits CKD et SKD, pour le montage automobile national. Une mesure contenue dans le projet de la loi de finances complémentaire (LFC) pour l’année 2018, adopté en Conseil des ministres. 

 

 

Pin It