Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, a affirmé, mercredi à Illizi, que Le 1er Novembre prochain sera "un rendez-vous pour l’essor et la construction de l’édifice démocratique, à traduire par le vote +Oui+ au projet d’amendement de la constitution".

S’exprimant lors d’une rencontre à la salle "Tassili" en présence des acteurs de la société civile et des notables locaux, dans le cadre de la campagne référendaire sur le projet d’amendement de la Constitution, M. Beldjoud a mis en exergue l’importance du vote favorable sur ce projet d’amendement constitutionnel, soumis à la consultation populaire.

L’objectif étant, a-t-il dit, "d’assurer l’amorce de l’édification démocratique de l’Algérie nouvelle à laquelle aspirent les Algériens, à la faveur des nouvelles lois pour la promotion de l’action démocratique, contenues dans ce nouveau document".

"Le 1er novembre sera une halte importante pour organiser et moraliser la vie publique et consacrer l’identité multiculturelle du peuple algérien", a affirmé M. Beldjoud, ajoutant que cet aspect est  contenu dans le projet d’amendement de la Constitution, en tant que loi fondamentale intervenant pour "criminaliser le discours haineux et discriminatoire".

"L’Etat œuvre, à travers ses institutions, à consolider les droits du citoyen, par divers mécanismes garantissant sa sécurité et sa dignité", a-t-il ajouté, avant d’appeler les jeunes à adhérer pleinement à la vie politique et à s’organiser dans le cadre associatif, "en tant que force réelle représentant la majorité du peuple algérien".

Le ministre de l’Intérieur a assuré, en outre, que "la nouvelle Constitution prévoit des garanties réglementaires pour promouvoir le rôle des jeunes dans la vie politique et leur implication, en tant que maillon essentiel, dans l’ossature de l’Etat pour édifier une Algérie nouvelle".

Il a souligné, dans le même contexte, le grand intérêt accordé par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au mouvement associatif et aux acteurs de la société civile, en leur réservant une bonne place dans le projet d’amendement de la Constitution.

Le but étant, a-t-il expliqué, d’en faire un partenaire essentiel dans la réalisation du développement et l’édification de l’Etat, en leur facilitant l’obtention des agréments d’associations, selon une organisation réglementaire souple, susceptible de garantir et de consolider le climat démocratique.

M.Beldjoud a réitéré aussi la nécessité de lutter contre la corruption et les pratiques néfastes, notamment la bureaucratie entravant le processus de développement et de progrès, ajoutant que "le projet d’amendement de la Constitution devra renforcer, dans un cadre communicatif souple, la confiance entre l’administration et le citoyen.

Aussi, a-t-il ajouté, l’Etat veillera à la transparence et à l’égalité des chances dans l’accès aux responsabilités, en optant pour des fonctionnaires compétents et imbus de patriotisme, afin de promouvoir la communication entre les collectivités locales et les citoyens et lutter contre les comportements bureaucratiques.

M.Beldjoud a aussi évoqué les garanties prévues dans la Constitution amendée et liées, entre autres, à la protection de la femme contre les violences physiques et verbales et le renforcement de son rôle dans la société en tant que pilier essentiel dans l’édification de l’Etat.

Le projet d’amendement de la Constitution accorde un intérêt particulier à la femme victime de traitements quotidiens néfastes, qu’il appartient d’accompagner et de prendre en charge psychologiquement et socialement en mobilisant les centres d’accueil et d’écoute au niveau des collectivités locales, en coordination avec les parties concernées, a-t-il relevé.

En réponse à des doléances soulevées par les citoyens, le ministre de l’Intérieur a indiqué, au terme de son intervention, que "le plan d’action du gouvernement accorde une grande importance aux régions du Sud du pays, pour y impulser l’action de développement et répondre aux attentes des citoyens, notamment dans les zones enclavées et reculées et améliorer leur cadre de vie".

Pin It