Le gouverneur de la Banque d’Algérie l’indique

 

Par Mouloud Aoudia

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, a présenté hier devant  l’APN, le rapport annuel sur la situation économique et financière de pays. Il a avancé que les réserves de changes de l’Algérie continuent de baisser encore durant les derniers mois de cette année.

Elles se sont stabilisées à 82,12 milliards de dollars à la fin du mois de novembre de 2018. Elles ont diminué  de 11,25 milliards de dollars passant de 97, 33 milliards de dollars en décembre 2017 à 86, 08 milliards de dollars fin septembre de cette année. Toutefois, l’appréciation de l’euro face au dollar au cours de cette année, a joué en faveur des réserves de changes. Mais tout n’est pas rose :  Le gouverneur a averti contre cette baisse continue des réserves de change, indiquant que la chute progressive des réserves de changes ne peut pas être constante  à court termes . Loukal a souligné que l’équilibrage de la balance de paiement nécessite de fournir plus d’efforts pour la diversification de l’économie. Cette diversification reste, de son point de vue,  très faible, car, dit-il,  les exportations hors hydrocarbures n’ont pas dépassé les 1, 58 Milliards de dollars au cours des neufs premiers mois de cette année. Si les prix des hydrocarbures ont connu une amélioration durant les premiers mois de cette année, pour atteindre une moyenne de 72,7 dollars au cours des neufs premiers mois de 2018,  les quantités de pétrole exportées ont enregistré une baisse 8,7 % a-t-il  indiqué. Dans son exposé, le gouverneur a souligné  qu’en totalité, les exportations en termes d’hydrocarbures ont grimpé à 28,72 Mds de dollars en fin septembre 2018, contre 23,93 Mds pour la même période de 2017. Par contre, les exportations hors hydrocarbures, n’ont pas connue de relèvement sensible. De ce fait, la totalité des exportations sur les neuf mois de l’année en cours ont atteint les 30,3 Mds de dollars,  contre 24,9 milliards de dollars pour la même période de 2017. Par ailleurs, les importations ont baissé de 2,9% durant 2018,  atteignant en valeur  35,3 Mds  dollars, contre 36, 9 Mds dollars pour la même période de 2017.  Loukal a par ailleurs souligné que le montant des titres émis dans le cadre du   mécanisme de financement non conventionnel, lancé fin 2017 suite à  l’amendement de la loi relative à la monnaie et au crédit, représente  environ 28 % du produit intérieur brut (PIB), en comptant le montant de 4.005 milliards de dinars comme titres émis à fin septembre 2018 et   l’inscription ,en novembre dernier, d’une nouvelle demande de financement   de 1187,2 milliards DA. Il a également  précisé   que les titres émis dans le cadre du mécanisme de financement non   conventionnel étaient passés de 19,7 % du produit intérieur brut (PIB), fin   septembre 2018, à près de 28% actuellement, et ce, en comptant la nouvelle   demande pour ce financement non exploitée à ce jour.

M.A  

Pin It