Par Mouloud Aoudia

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, dans son allocution à l’ouverture d’une rencontre nationale intitulée « Réussir les exportations pour diversifier les ressources »,  a indiqué aujourd’hui (mardi, 18 décembre) que l’année 2019 sera l’année de la promotion des exportations hors hydrocarbures notamment à travers l’élaboration d’une feuille de route devant définir des grands axes de la stratégie nationale d’exportation. Cette fois-ci, c’est la bonne », disent des participants à cette rencontre.  La refondation économique, avec la valorisation des secteurs clés, à l’l’image de l’agriculture, doit viser la modernisation du secteur agricole dans ses composantes offrant un potentiel exportable comme les fruits et tubercules, l’élevage et la pêche. Les différentes participations algériennes aux foires et salons à l’échelle régionale et internationale ont valeur de test, a estimé le ministre. Ces évènements, a-t-il dit, permettent de diversifier les partenaires de l’Algérie et de promouvoir le produit algérien. Et détail important : Le nombre d’entreprises participantes à ces manifestations économiques et commerciales est passé de 374 en 2017 à 839 en 2018. Cela a débouché sur du concret, selon le ministre, puisque  50 contrats d’exportation de produits algériens ont été signés.  A l’issue de toutes ces sorties, a-t-il noté, nous avons constaté que le produit algérien est bien apprécié par les étrangers au plan de la qualité et du prix. Il suffit, a-t-il ajouté,  de le faire connaitre. Et nous sommes en train de le faire,  a-t-il souligné. De son point de vue, toutes les conditions sont réunies pour la diversification des exportations, il ne reste que quelques aspects d’ordre réglementaire et organisationnel qui sont d’ailleurs, discutés dans les détails  par les cinq panels mis en place à l’occasion  de cette rencontre. La promotion des exportations hors hydrocarbures passe par une mobilisation des banques pour l’accompagnement des opérateurs économiques et une simplification des procédures administratives, ont  par ailleurs  recommandé plusieurs participants cette rencontre. L’encouragement des exportations exige également l’extension et le renforcement des prérogatives des entités concernées par la promotion du   commerce extérieur, ainsi que la couverture par la CAGEX des risques   commerciaux pour procurer davantage de confiance aux opérateurs, ont-ils ajouté. Ils ont aussi souligné la nécessité de créer un fonds de mise à niveau des compétences à l’exportation afin de financer des programmes de formation   axés sur les aptitudes nécessaires à l’exportation, appelant à une synergie   entre les différentes parties prenantes de la stratégie d’exportation.  Les participants ont, par ailleurs, proposé l’encouragement des produits   manufacturés, à forte valeur ajoutée, en mettant en place plus de mesures   incitatives, ainsi que la création d’une plateforme d’information numérique sur l’acte d’exporter en Algérie.
M.A
Pin It