Les membres de l`Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté, mardi, à la majorité le projet de loi portant Règlement budgétaire 2016 lors d`une plénière, présidée par Mouad Bouchareb, président de l`Assemblée, en présence du ministre des Finances Abderrahmane Raouia et du ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda. Les députés du Parti des Travailleurs (PT), du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ont décidé de voter "non".

Lors de son exposé la séance précédente, M. Raouia avait indiqué que "le taux de croissance économique était, en 2016, de l'ordre de 3,3% contre un taux prévisionnel de 4,60% dans la loi de Finances de la même année". Evoquant les hydrocarbures, le ministre avait fait état d'une forte reprise en 2016 avec un taux de croissance de 7,70% contre 4,50% prévu (dans la LF 2016), tandis que la croissance économique a connu un ralentissement due au faible rendement enregistré dans les activités hors hydrocarbures. M. Raouia avait fait savoir que le secteur agricole avait connu un taux de 1,8% contre 4,7% prévu dans la loi de finances (2016), que le secteur commercial avait enregistré 2,9% contre un taux prévisionnel de 5,70% et que le taux de croissance du secteur des Travaux publics était de 5% contre un taux prévisionnel de 5,90%. Par ailleurs, le produit intérieur brut (PIB) hors hydrocarbures a atteint 14.381 milliards DA en 2016 contre 15.902 milliards DA en 2015 soit un taux de croissance de 2,30% contre 4,70% prévu dans la LF 2016. Soulignant que le prix moyen du baril de pétrole brut algérien était de 44,76 USD contre 52,81 USD en 2015, M. Raouia avait rappelé que la LF 2015 avait retenu un prix référentiel de 45 USD le baril. Le ministre des finances avait fait état, également, du recul du taux de change par rapport au Dollar américain de 9,01 DA passant de 100,46 DA/1 USD en 2015 à 109,47 DA/1 USD en 2016. Concernant la fiscalité pétrolière recouvrée en 2016, le ministre avait avancé le chiffre de 1.807 milliards DA, dont 1.683 milliards DA affectés au budget de l'Etat, 3 milliards DA à l'Agence nationale de valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) et 99 milliards DA au Fonds de régulation des recettes (FRR).

Pin It