Le volume des crédits bancaires accordés à l’économie nationale devra atteindre à fin décembre de l’exercice en cours plus de 10.000 milliards DA, soit une hausse de 12% par rapport à 2017, a affirmé, dimanche à Ouargla, le président de l’Association Professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF).

Intervenant lors d’une journée d’information sur "le financement des projets d’investissement dans le grand Sud d’Algérie", M. Achour Aboud a indiqué que "cescrédits s’étaient établis à fin juin dernier à 9.408 milliards DA", précisant que ces indices reflètent le rôle continu assumée par les banques en matière de financement de l’économie nationale. "Plus de 50% de ces crédits ont été affectés au secteur privé", a tenu à préciser le même responsable devant des opérateurs économiques, des Présidents-directeurs généraux (P-dg) de certains banques et établissements financiers et des représentants des chambres de l’industrie et du commerce (CIC) des wilayas d’Ouargla, Ghardaïa et Laghouat. Les crédits bancaires accordés à l’investissement se sont établis à la fin du premier semestre de l’année en cours à 6.879 milliards DA, soit un taux de 73% de la totalité des crédits, a-t-il ajouté. Le système bancaire et financier assume une mission primordiale dans l’accompagnement et l’orientation des projets d’investissement vers la voie la plus performante, à travers le financement, la facilitation, l’élimination des contraintes et la prise en charge des préoccupations des opérateurs économiques. Le président de l’ABEF a estimé qu’il appartient aux banques, pour être à la hauteur des missions qui leur sont dévolues, de s’impliquer dans les domaines du financement moderne à la satisfaction des entreprises publiques et privées. Il a relevé, à ce titre, que les banques ont consenti ces dernières années des financements colossaux et structurants au profit des secteurs stratégiques de l’économie nationale. M.Aboud a également passé en revue la disposition des institutions bancaires à accompagner les investisseurs, à travers des actions d’explication et de vulgarisation, à l’instar de cette rencontre qualifiée d’opportunité d’écoute des préoccupations, d’échange de points de vues, d’explicitation des dispositifs de financement via les opérations de crédits conventionnels et de leasing. Il a, en outre, rappelé la performance du secteur financier national et son engagement permanent à poursuivre les efforts d’accompagnement et de satisfaction des besoins financiers des investisseurs, le soutien de leurs objectifs et plans de développement, en tant que partenaire stratégique permanent dans le processus de développement des régions du Sud et des Hauts-Plateaux, futures régions créatrices de richesses et d’emplois. Placée sous le signe de "le secteur financier au service de l’investissement et du développement dans le Sud et les hauts plateaux", cette rencontre a été riche en communications sur le financement des projets d’investissement, la situation et les mécanismes de financement des projets, les procédures instaurées par l’Etat pour la promotion et l’encouragement du recours des investisseurs au financement. "Les financements bancaires, moyen d’accompagnement des opérateurs économiques", "le leasing financier, outil de concrétisation des investissements", "le capital-investissement comme technique financière au service de l’entreprise" et "les garanties financières", font partie des communications programmées lors de cette rencontre d’une journée.

Pin It