L'Allemagne dérange le Maroc
Des espions allemands révèlent des plans du Maroc en Europe centrale
Le régime marocain rejeté par ses propres élites
Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain
Les actes barbares de l'armée coloniale française
Macron reconnait qu'Ali Boumendjel "a été torturé puis assassiné" SATISFACTION DE L'ALGERIE
COVID 19 / CAS CONFIRMÉS EN ALGERIE
UN TOTAL DE 114.104

Le fondateur du journal marocain "Akhbar Al Youm", le journaliste Taoufik Bouachrine a annoncé son soutien et sa solidarité avec les deux journalistes, Soulaïmane Raïssouni et Omar Radi, l’historien et militant Maâti Monjib, ainsi que les détenus du Hirak du Rif, entrés en grève de la faim ce mercredi, en protestation contre les restrictions imposées à la liberté d'expression et de la presse. 

 

Selon le communiqué de Bouachrine, rapporté par des médias et des activistes via les réseaux sociaux, le journaliste "joint sa voix aux grévistes de la faim, en protestation contre les restrictions imposées à la presse, à la liberté d’expression et au droit de manifester pacifiquement, ainsi que contre les poursuites, les arrestations et les procès qui s’en sont suivis".

Condamné à une peine de 15 ans de prison, pour des accusations qualifiées de "fictives", à savoir "traite humaine" et "abus sexuels", le journaliste marocain a indiqué que son état de santé difficile ne lui permet pas d’entamer une grève de la faim, affirmant que les détenus "continueront à défendre leur cause juste pour que justice leur soit rendue".

La Cour d'appel de Casablanca avait condamné, le 25 octobre 2020, le journaliste Taoukfik Bouachrine, fondateur du journal indépendant "Akhbar Al Youm", à une peine de 15 ans de prison ferme.

Un tribunal de première instance, avait prononcé, en novembre dernier, une peine de 12 ans assortie d’amendes à l’encontre de Bouachrine pour "viol, tentative de viol et harcèlement".

Des militants de droits de l’Homme et des juristes, ont qualifié le procès de Bouachrine de "purement politique", soutenant que les crimes pour lesquels il a été condamné, "ont été montés pour punir le journaliste critique envers les politiques du Gouvernement".

Les détenus du Hirak du Rif au Nord du Maroc, Soulaïmane Raïssouni et Omar Radi, ainsi que l’historien et militant Maâti Monjib, entament dès mercredi, en grève de faim de 48 heures, en protestation contre "la politique continue de la gestion purement sécuritaire de l’Etat vis-à-vis du droit de manifestation pacifique, de la liberté de la presse, d’opinion et d’expression, et le droit d’association".

Les familles des détenus ont indiqué dans un communiqué largement relayé dans la presse locale et internationale, que la grève de leurs enfants, se veut "un rejet de l’arrestation arbitraire, des procès iniques, de la

répression de la manifestation pacifique, de la torture, du l’étouffement de la liberté de la presse, de dénonciations des journalistes et du traitement sécuritaire de de l’espace public".

Pin It
Ligue des champions/Al-Hilal

 La direction d'Al-Hilal (Div.1 soudanaise. de football), adversaire du CR Belouizdad vendredi en [ ... ]

Championnats d'Afrique 2021- Contre-la-montre "par...

Le staff technique national a arrêté la liste des coureurs qui représenteront l'Algérie au con [ ... ]

Zimbabwe

Le CR Belouizdad recevra dimanche les Sud-africains de Mamelodi Sundowns au stade de Dar Es-Salaam [ ... ]

Fédération algérienne d'Athlétisme: travailler dur...

 Le nouveau président de la fédération algérienne d'athlétisme, Yacine Louail, a indiqué ju [ ... ]

Coupe de la Confédération: la JSK bat le Stade mal...

La JS Kabylie a validé son billet pour la phase de poules de la Coupe de la Confédération afric [ ... ]

Elections - CAF: trois candidats sont pour le main...
Elections - CAF: trois candidats sont pour le maintien de la CAN chaque deux ans

Les trois candidats ouest-africains à la présidence de la Confédération africaine de football  [ ... ]