MAROC / REPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES
Le journaliste Maati Monjib derrière les barreaux !!
COVID 19 / HAUSSE DES CAS CONFIRMÉS EN ALGERIE
UN TOTAL DE 105.124
ALGERIE / LOI ELECTORALE
LA MOUTURE DU PROJET DISTRIBUEE AUX PARTI POLITIQUES
Rapport 2020 de Human Right Watch sur le Maroc et le Sahara Occidental
Répression contre des artistes et des journalistes
Les mystères du Jardin Majorelle de Marrakech
Un lieu mystérieux où se sont déroulées des partouzes pédophiles comme un must-see !!
Base militaire américaine de Rota dans la ville espagnole de Cadix
L'Espagne dément l'information sur son transfert

Les sécuritaires marocains, de connivence avec une presse aux ordres continuent, dans un contexte sanitaire marquée par une crise mondiale liée au Covid-19, de bafouer les libertés individuelles et de s'adonner à un spectacle d'espionnage, faisant du royaume la risée de la communauté internationale, selon un article d'opinion du média en ligne Middle East Eye.

Le journal basé à Londres fait notamment savoir que "les opposants tenaces sont englués des scandales sexuels fabriqués de toutes pièces", marquant "le retour à un Etat policier, ranimé par l'état d'urgence sanitaire.

Citant plusieurs exemples d'affaires de mœurs destinés à jeter le discrédit sur les opposants au régime de Rabat, le rédacteur de l'article, précise que, "le régime du roi Mohammed VI, qui se prétend libéral en matière de mœurs, l’utilise pour déstabiliser ses opposants et jeter sur eux le discrédit moral".

"On ne compte plus le nombre d’affaires dans lesquelles le régime accuse les dissidents d’adultère, de harcèlement ou de viol, qui se transforment rapidement en scandales sexuels grâce aux relais offerts par une presse de caniveau", a-t-on précisé.

 

 Un régime qui bascule vers un Etat policier

 

Il cite, entre autres, le cas du journaliste et militant des droits humains, Omar Radi, qui a été mis en détention en 2019 pour des accusations ayant une relation avec les "mœurs".

Il a également cité l’affaire de l’ex-officier de police et de son avocat et chef du PML (Parti Marocain Libéral), Mohammed Ziane, qui démontre, l’incapacité du roi Mohammed VI à composer démocratiquement avec les voix de l’opposition qui dénoncent l’autoritarisme et aspirent à l’Etat de droit et des libertés.

L'auteur de l'article estime "qu'avec une police apparemment au-dessus de la loi, dirigée d’une main de fer par Abdellatif Hammouchi, Mohammed VI se trouve ainsi pris en otage par les sécuritaires". Son régime a ainsi régénéré le modèle d’un "Etat policier" que son père confectionna durant une dictature marquée par les "années de plomb".

Pour étayer son analyse, il cite le silence assourdissant du ministère public, lequel n’a pas jugé utile d’ouvrir une enquête sur-le-champ, une procédure d’usage à prendre après la diffusion suspecte d’extraits vidéo qui portent gravement atteinte aux droits et aux libertés individuelles des citoyens.

Pin It
EN: Un match amical en juin au nouveau stade d’Ora...

Le nouveau stade d’Oran, dont les travaux sont en voie d’achèvement, pourrait abriter un matc [ ... ]

Gestion des maisons de jeunes: octroi de 25 conven...

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, a supervisé, mardi à Alger, l’opéra [ ... ]

Elections du Conseil de la Fifa

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF) Kheireddine Zetchi, s'envolera me [ ... ]

Athlètes d’élites : Bientôt un projet d’accompagne...

Une nouvelle convention est prévue entre le ministère de la jeunesse et des sports et celui de la  [ ... ]

7e journée de Ligue 1

L'ES Sétif net vainqueur du CABB Arreridj en déplacement (5-1), consolide sa position en tête d [ ... ]

Joueur maghrébin de l'année : Mahrez et Bensebaïni...

Deux autres internationaux algériens, Riyad Mahrez (Manchester City) et Ramy Bensebaïni (Borussi [ ... ]